« Cesse de faire le point, serre plutôt le poing. Relève la tête ! »

« Cesse de faire le point, serre plutôt le poing. Relève la tête ! »

Elle avait voulu organiser un rassemblement populaire digne de Charlety pour remercier les 17 millions de voix qui s’étaient portées sur son nom le 6 mai 2007. Pour raison de « comptes de campagne déjà clos » ce rassemblement n’a malheureusement pas eu lieu à l’époque. Ensuite, il y a eu les campagnes legislatives (juin 2007) puis les campagnes municipales et cantonales (en 2008). C’est pour cette raison qu’était organisé un grand rassemblement (tous les dirigeants, députes, sénateurs, … socialistes y avaient été conviés) ce samedi 27 septembre : LA FRATERNITE A SON ZENITH avec Ségolène Royal.

Un rassemblement qui a réunit sur scène Neg’Marrons, Trust, Cali, Yannick Noah (par un message vidéo), Hervé Vilard, Benjamin Biolay, Trade Union, Ridan, Da Silva, Ariane Mnouchkine, Princess Anies, Mohamed Lamin, Phil Darwin, Alexis Rault, Patrice Maktav, … Tous ont interprété des chansons engagées et des thèmes qui nous concernent toutes et tous !

D’après certains socialistes (en mal de reconnaissance), ce rassemblement serait « le genre de cérémonie entre le show business et le rassemblement de secte« . Oui !! Vous avez bien lu ! Une secte… Rien que ça !!!

Bref, tous ces mêmes qui viennent nous donner des leçons, tous ces mêmes qui prétendent ne vouloir débattre que sur les idées mais qui aboient et occultent le fond dès que Ségolène Royal et son équipe osent innover (c’est valable pour ce rassemblement mais aussi pour sa démarche de démocratie participative). Ceux là même qui auraient préférés (je l’ai déjà dit ici) qu’au soir du 6 mai 2007, elle fasse comme un certain Lionel Jospin le 21 avril 2002. Et ceux là (toujours les mêmes) qui pensent toujours que Ségolène Royal n’est pas de gauche.

Justement, revenons sur ce dernier point. Si vous avez pris la peine de visionner l’intégralité de son discours (au passage, vous en connaissez beaucoup – au Parti Socialiste – qui soient capable de réunir 4000 personnes, de prononcer un discours sans pupitre et sans notes comme elle l’a fait avec des tonnes de références… Nelson Mandela, Woody Allen, Coluche, Aimé Césaire, Cyrano de Bergerac…), Bref, je disait que si avez visionné (où lu son intervention) vous aurez sans doute entendus certaines choses telles que :

Permettez-moi de saluer ce soir la victoire des ouvrières d’Arena. Vous avez entendu, Arena ? Ce sont les ouvrières qui fabriquaient les maillots de bains de compétition. Certains d’ailleurs les trouvent mignons, ces maillots de bain… Ce que je trouve moins mignon, et même carrément abject, c’est que leur employeur, qui faisait des bénéfices conséquents, avait délocalisé en Chine, laissant sur le carreau des femmes qui travaillaient dans l’entreprise depuis 20 ou 30 ans. Jetées comme un vieux maillot de bain en quelque sorte. L’entreprise a été condamnée, parce que ces femmes n’ont pas baissé les bras. L’entreprise a été condamnée à leur verser 50 000 euros chacune. L’une de ces ouvrières a dit : « Le tribunal a choisi la vie des gens face aux intérêts des actionnaires ». Et sa copine a ajouté : « Cela a été une joie, pas seulement pour l’argent, je ne vais pas cracher là-dessus, mais parce que les patrons vont y réfléchir à deux fois avant de larguer une usine qui gagne. »
Non ! Non, Tous les coups ne sont pas permis.
Que les entreprises soient attentives à leur marge, quoi de plus normal ?
Qu’il faille, dans certains secteurs, produire aussi au plus près des nouveaux marchés qui s’ouvrent, pourquoi pas ?
Mais qu’on ne nous raconte pas, comme le patron d’Arena, comme celui de Gandrange et comme tant d’autres, que c’est la seule solution.
A quand l’interdiction de délocaliser et de licencier avec obligation de rembourser les aides publiques si l’entreprise fait des bénéfices ?

Alors ?! Interdiction de délocaliser et de licencier avec obligation de rembourser les aides publiques si l’entreprise fait des bénéfices ?? C’est ne pas être de gauche ?!

Ensuite, à propos des frontières entre la droite et la gauche :

Et nous changerons, parce que nous sommes le changement ! Nous, la gauche ! Parce que ça a encore du sens de dire « la gauche ». Beaucoup voudraient que la frontière n’existe plus, qu’elle soit floue. Oui la gauche doit se ressaisir, car être à gauche c’est avoir une lucidité radicale sur nos atouts, sur l’énergie et la force des hommes et des femmes, ici en France et dans le monde, qui ne demandent qu’à faire avancer notre pays pour peu qu’on nous entraîne. Et que personne ne soit laissé sur le bord du chemin !

Voilà quelques liens en rapport avec cette note :
1/ Retour sur le Zénith et la fraternité [DDA]
2/ La musique adoucit les moeurs [Source : Métro. Lu sur le blog de David Assouline]
3/ Vincent Peillon invité de Karl Zéro sur BFM TV [Blog de Vincent Peillon]

2 thoughts on “« Cesse de faire le point, serre plutôt le poing. Relève la tête ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.