Mon choix pour le second tour des régionales

Mon choix pour le second tour des régionales

Je ne m’étais pas exprimé sur les élections régionales (puisque je ne parle plus beaucoup de politique ici). Après réflexion, j’ai décidé de prendre le clavier pour faire part de mon choix dans la région « Grand Est » pour le second tour de ce dimanche 13 décembre. Et tant pis si je passe pour un traitre aux yeux de certains bien pensants.

Même en évoquant le vote sanction, je ne comprend pas que des jeunes (et des moins jeunes) puissent voter Front National avec ces relents racistes, xénophobes, homophobes et de haine en général. Le Front National serait un danger pour la République, j’en suis bien conscient.

Alors effectivement, Le Front National arrive en tête dans notre nouvelle région, la liste « Les Républicains » en seconde position et le Parti Socialiste en troisième place avec 16,11 % (et donc en droit de se maintenir en application des règles électorales).

Vous allez me dire « Front Républicain »… Mais il n’existe plus (a t-il seulement déjà existé ?)… En 2002, j’ai dû voter à droite lors du second tour de la présidentielle. Chirac a été élu avec plus de 80 % des voix (de droite et de gauche)… Qu’a t-il fait par la suite ? Il a fait comme s’il avait été élu lors d’un face à face « classique ». Le front républicain serait un front républicain s’il n’était pas à sens unique. Sarkozy n’en veut absolument pas… Raz le bol que ça ne fonctionne que dans un sens, raz le bol du front républicain qui n’existe que pour la gauche et qui disparaît aussi vite qu’il n’apparaît…

D’autres diront que la gauche est trop faible pour se maintenir et que le troisième doit se retirer (tiens donc… tous ne disaient pas ça il y a quelques années). Soulignons que Cambadélice est député. Dès il n’avait qu'(à légiférer en amendant pour avoir un scrutin régional où seuls les deux premiers accèdent au second tour).

Personnellement, je trouve que le bilan de la région Lorraine est correct. Je ne me trompe pas d’élection (les régions n’ont pas compétence en matière d’immigration par exemple, la région  ne va pas décider de la fermeture des frontières).

Alors oui, le choix de Jean-Pierre Masseret est risqué face au FN mais il a au moins le courage de ses idées en se  maintenant et en tenant tête à l’exécutif (j’ai toujours pensé que l’exécutif – quelque soit son bord – n’avait pas à se mêler des élections intermédiaires pour justement éviter une confusion des élections et des enjeux) et en tenant également tête à l’appareil socialiste parisien (on pouvait se moquer de Sarko qui verrouillait tout).

On ne peut plus dire toute l’année que gauche et droite ce n’est pas pareil et appeler à voter pour la droite alors que la gauche est en capacité de se maintenir et donc à avoir des élus même s’ils sont dans l’opposition. Car oui, se présenter à une élection, c’est prendre le risque d’être battu, de se retrouver dans l’opposition et d’y exprimer ses désaccords.

71 colistiers ont donc exprimé leur retrait de la liste. Pourtant on savait (plus ou moins) depuis des semaines que l’élection allait être difficile pour la gauche. Si c’est pour quitter le navire entre les deux tours, il aurait été préférable d’abandonner dès le début en refusant de se présenter. Je lis aussi ici et là que Masseret est un nul… Or, il a bien été investi démocratiquement par les militants ? Je trouve déplorable d’abandonner en pleine bataille, sans doute par intérêts personnels (des élus craignent pour leurs responsabilités au sein du PS), et de saboter la campagne de second tour (ça rappelle aussi des souvenirs…).

Une chose est sûre, je ne suis plus au PS depuis plusieurs années, mais au moins, je me considère autant à gauche que certains qui y sont toujours.

Donc oui,quelque soit le résultat dimanche soir, je n’aurai aucun scrupule à avoir voté Masseret. Et qu’on ne vienne pas me dire que c’est de ma faute, que je suis un traître ou encore un collabo… car je n’aurai pas glisser de bulletin FN dans l’urne. Ce seront eux les responsables, ainsi que les abstentionnistes et donc pour ricochet bon nombre d’élus (pas tous !) qui nous disent depuis 2002 « on a entendu et compris le message des urnes » et qui ne font rien à part de beaux discours…. En 2002, Chirac s’est assis sur le front républicain, puis Sarkozy a attisé la haine. Du côté du PS, nous n’avons eu une succession de premiers secrétaires inaudibles et bien peu efficaces, la gauche s’éparpille, ne sait plus ce qu’elle veut. Et ce n’est pas à coup de badges « Stop au FN » et de slogans « No Pasaran » que l’on va combattre le FN avec le but de le faire régresser fortement dans les idées de citoyens et dans les urnes.

Hors de question de voter à droite une fois de plus. Je voterai donc à gauche dimanche (pas besoin d’avoir l’étiquette PS pour ça !) et blanc si la pression fait effet d’ici là.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.