2 commentaires

Les crevettes pailletées

Malgré un article assassin de la presse LGBT (Têtu pour ne pas le nommer), "Les crevettes pailletées" est une excellente comédie bien rythmée qui donne le moral. Au point où je regrette de ne pas avoir pu être aller à l'avant première.

De quoi ça parle ? Après avoir tenu des propos homophobes, Mathias Le Goff, vice-champion du monde de natation, est condamné à entraîner "Les Crevettes Pailletées", une équipe de water-polo gay, davantage motivée par la fête que par la compétition. Cet explosif attelage va alors se rendre en Croatie pour participer aux Gay Games, le plus grand rassemblement sportif homosexuel du monde. Le chemin parcouru sera l’occasion pour Mathias de découvrir un univers décalé qui va bousculer tous ses repères et lui permettre de revoir ses priorités dans la vie.

Mon avis sur le film : Ne tournons pas autour du pot, j'ai carrément adoré ce film. Je n'ai pas vu le temps passer lors des deux séances auxquelles je suis allé. La bande annonce donnait le ton d'un film comique. Au final, c'est bien plus puisqu'on lui découvre aussi de l'émotion.

Le scénario est sérieux et bien traité. Le tout est porté à l'écran par d'excellents acteurs avec Alban Lenoir (Jean) et Nicolas Gob (Mathias) en tête accompagnés de Michaël Abiteboul (Cédric), David Baiot (Alex), Romain Lancry (Damien), Roland Menou (Joël), Geoffrey Couet (Xavier), Romain Brau (Fred) et Félix Martinez (Vincent).

Bien sûr, on ne peut pas faire un tel film sans quelques clichés (du côté des membres de l'équipe mais aussi du côté de l'entraineur "homophobe"). Un peu d’autodérision n'a jamais fait de mal à personne ! En tout cas, on rit vraiment tout le long du film avec des scènes et des dialogues simples mais percutants.

Scène marquante du film : Il s'agit d'une scène pas forcément comique (même si elle a quelques anecdotes qui font sourire) puisque c'est la discussion entre Mathias et Jean dans le bar en Allemagne. Elle donne une histoire à chaque personnage. D'ailleurs, les différentes façons de penser des personnages sont très intéressantes en fonction de leurs âges et de leurs vécus. Et leur chemins personnels sont assez intéressants (même s'ils ne sont pas traités de manières plus précises dans le film).

Mais le film regorge de plusieurs belles scènes. On pense à l'évolution de Mathias au fur et à mesure du voyage (allant même jusqu'à mettre une claque sur les fesses d'un joueur en guise d'encouragement) ou encore à la fierté de la fille de Mathias à la fin du film, ...

Je trouve que les dernières secondes du film - juste avant le générique de fin - avec les notes de "Kid" d'Eddy de Pretto est une scène à elle toute seule. Elle permet au spectateur de sortir doucement de cette belle bande de mecs avec qui il vient de passer 1h40.

Du côté de la BO : La BO est forcément excellente comme le laissait présager la bande annonce. A retenir "Boys (summertime love)" dans le bus et la scène finale avant le générique avec "Kid".

Bref ! Il fait un temps de chien en ce moment. Raison de plus pour courir voir - ou revoir - ce véritable coup de coeur tiré de la véritable équipe gay de water-polo. Showtime !

Cyril [R2E]

2 commentaires

    • Oui malgré un article très à charge de Têtu. Mais les critiques spectateurs sont vraiment bonnes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.