Entre bobos et fachos

Entre bobos et fachos

Il m’avait fallu deux semaines pour réagir ici aux attentats de début janvier 2015. Une fois de trop, il m’aura encore fallu deux semaines pour réagir. ici, même si j’ai eu l’occasion de m’exprimer très brièvement publiquement… Réagir aux tragiques évènements de ce triste vendredi 13 novembre au soir où les mauvaises nouvelles ne cessaient d’arriver pour terminer avec ce lourd bilan de 130 victimes que l’on connait.

Vu la lourdeur du bilan, nous aurions pu espérer la véritable union nationale. Mais malheureusement, elle a été vite remise en cause. D’abord par les politiques. En première ligne : de pénibles frontistes, que je préfère de ne pas nommer, dès le vendredi soir ou le samedi matin au plus tard. Mais aussi des politiques qui appelaient dès le samedi à la démission du ministre de l’Intérieur (comme si c’était le moment !) pendant que d’autres rejetaient déjà les propositions de François Hollande.

Mais cette fois, l’union nationale a aussi été mise à mal par les citoyens. Depuis plusieurs jours, je lis et aperçois des réactions remettant en cause l’état d’urgence (décrété par François Hollande puis prolongé de 3 mois suite au vote massif des parlementaires). État d’urgence qui a – soulignons le – été adapté. Et je me dis que ça n’est pas plus mal car que n’aurait-on pas entendu si le contrôle de la presse et des radios avait été maintenu.

Je lis ici et là que les médias et le gouvernement jouent sur les peurs. Personnellement, j’ai assez regardé les éditions spéciales et ni Manuel Valls (avec ses propos sur les risques d’attaques chimiques) ni les médias ne m’ont fait peur. Je ne vais pas – personnellement – remettre en cause mes habitudes et je ne vais pas tomber dans la psychose… Mais j’approuve à titre collectif que les grosses manifestations et rassemblements importants sur la voie publique soient annulés dans cet état d’urgence. Oui c’est dommage… Les manifestations dans le cadre de la prochaine COP21 auraient pu être bénéfiques.  Mais je trouve assez étrange la géométrie variable de certaines personnes face aux lois en général : dans certains cas, c’est mal de ne pas respecter la loi alors que dans ce cas précis ils sont prêt à ne pas respecter cette interdiction en allant manifester. Petit soucis de cohérence. Mais ce n’est hélas pas nouveau.

Et je n’aborde même pas le sujet des perquisitions administratives qui sont autorisées. Enfin, juste signaler qu’il y a des recours possibles et qu’il ne faut pas hésiter à saisir le tribunal administratif si les personnes concernées pensent qu’il y a litige.

Alors tant pis, si je passe pour le vilain traître de gauche vendu à la droite (j’ai ma conscience tranquille). Mais en ce moment, j’ai vraiment l’impression d’être entouré soit de bobos (la guerre c’est mal… ben oui offrons des bouquets de fleurs à Daesh…) soit de fachos (fermons toutes les frontières, saloperie de musulmans, …).

Pour finir, oui nous avons sans doute perdu du temps… Mais nous attendions nous à des attentats si violents (en sachant que le bilan aurait pu être bien pire si ça avait pété au Stade de France) ? Je ne cherche pas excuser qui que soit… Mais je ne pense pas que le moment soit venu de tout mettre sur le dos du gouvernement… N’oublions pas que nous ne sommes pas les seuls en Europe. Et qu’il va donc falloir agir vite à ce niveau, avec peut-être plus de contrôles aux frontières extérieures à l’Europe (des contrôles et non une fermeture). Après, ne soyons pas non plus naïf… ça n’empêchera rien… ça réduira juste le risque en sachant que le risque zéro n’existe pas.

One thought on “Entre bobos et fachos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.