Colonia

Colonia

Affiche_ColoniaAprès plusieurs comédies plus ou moins réussies, place à un thème plus sérieux, plus historique et plus grave avec le nouveau film de Florian Gallenberger – Colonia – (avec Emma Watson et Daniel Brühl) sorti le 20 juillet dans toutes les bonnes salles obscures.

De quoi ça parle ? Chili, 1973. Le Général Pinochet s’empare du pouvoir par la force. Les opposants au coup d’État descendent dans la rue. Parmi les manifestants, un jeune couple, Daniel photographe et son amie Lena. Daniel est arrêté par la nouvelle police politique. Il est conduit dans un camp secret, caché dans un lieu reculé au sein d’une secte dirigée par un ancien nazi. Une prison dont personne n’est jamais sorti. Pour retrouver son amant, Lena va pourtant rentrer dans la Colonia Dignidad.

Mon avis sur le film : Allons droit au but, le film est une réelle réussite et constitue un de mes coups de cœur de cette année 2016.

Le casting, tant des personnages secondaires que des personnages principaux avec Emma Watson et Daniel Brühl, est impeccable. Chaque acteur interpréte son rôle avec brio.

Sur le temps, le spectateur ne trouve pas le temps passer pendant les presque 2 heures que dure le film. Le spectateur a ainsi le temps de découvrir la vie dans cette « colonie de la dignité » (sic) avec ses règles strictes et inimaginables (par exemple, les femmes, hommes et enfants sont séparés et ne se retrouvent ensemble que très rarement, …) et avec des scènes d’humiliation et de torture. Et même si on a le temps de se « familiariser » avec ce camp, l’histoire est assez soutenue à tel point qu’on ne voit pas le temps passer. Le spectateur est au fur et à mesure scotché à son siège jusqu’à la toute fin (avec une fin qui m’a fait penser à la fin du film « Argo » de Ben Affleck)

Bien sûr, il s’agit d’un film basé sur l’histoire de notre monde… Histoire qui s’est déroulée il n’y a pas si longtemps. J’aime beaucoup ce genre de film qui fait la lumière sur notre triste monde et ces tristes méthodes, et plus encore quand ces faits ne sont pas forcément connus à grande échelle. Après, ma seule critique négative est que le film fait un peu impasse (même si c’est très suggéré à un moment) sur la pédophilie du dirigeant de ce camp et surtout sur le fait qu’il ai appartenu à l’Allemagne nazie.

Scène marquante du film : Un peu de douceur, avec la scène (certes classique) de retrouvaille de Lena et Daniel.

Un film à aller voir, que tout le monde devrait aller voir en ces temps un peu troubles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.