La faute à Rousseau

La faute à Rousseau

France 2 a dernièrement diffusé la saison 1 de la mini-série « La faute à Rousseau » qui nous change des traditionnelles séries policières ou médicales.

De quoi ça parle ? Il s’agit d’une série sur fond de comédie dramatique qui se déroule dans un lycée et plus précisément dans une classe et autour de la philo. Benjamin Rousseau (40 ans, divorcé, vivant chez sa mère) est professeur de philo. Grâce à sa matière, il va venir en aide à ses élèves tout en essayant de régler ses problèmes relationnels avec son fils (et élève), ainsi qu’avec les femmes.

Mon avis : J’ai beaucoup aimé la série, sa fraicheur et les thèmes abordés. En effet, chacun des 8 épisodes aborde un thème différent traité à travers d’un élève : la liberté (Paul), l’amour (Anaïs), de devoir (Emma), l’identité (Ethan), la justice (Aïcha), le désir (Gabriel), la vérité (Margaux) et le bonheur (Théo). En plus de ces thèmes, il y a, tout au long des épisodes, le développement de l’histoire de Benjamin et de la relation avec son fils Théo (la sexualité du personnage étant amenée et évoquée « naturellement »).

Le casting de la série est réussit avec Anny Duperey dans le rôle de la mère de Benjamin, femme moderne et très ouverte sur bien des sujets, avec des dialogues et répliques bien piquées (et qui collent bien à l’actrice). Mais aussi Charlie Dupond dans le rôle du prof de philo qu’on aurait aimé avoir ou encore Louis Duneton qui interprète Théo qui est une belle découverte. J’ai aussi beaucoup aimé la BO de cette série avec un générique sympa.

Le dernier épisode (autour de Théo) était particulièrement réussi sur le thème du bonheur avec cette épreuve du bac et cette belle dissertation (je n’en dit pas plus pour ne pas spoiler).

Bref, j’ai beaucoup aimé. On aurait presque envie de retourner en cours de philo. J’espère une saison 2 pour poursuivre l’aventure.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.