Pride

Pride

Affiche de "Pride"Voilà un film qui vient directement se positionner dans le haut du classement de mes coups de cœur ciné de l’année 2014. Un film tellement bien que je l’ai déjà vu deux fois ! Sans aucune hésitation, LE chef d’œuvre cinématographique de l’année !

De quoi ça parle ? Une fois n’est pas coutume, le film est issu d’une histoire vraie. Été 1984, alors que Margaret Thatcher (There Is No Alternative) est au pouvoir, le Syndicat National des Mineurs est en grève. Lors de la gay-pride de Londres, un groupe d’activistes gays et lesbien décide de récolter de l’argent pour venir en aide aux familles des mineurs. Mais l’Union Nationale des Mineurs semble embarrassé de recevoir leur aide. Le groupe d’activistes ne se décourage pas pour autant. Après avoir repéré un village minier au fin fond du Pays de Galles, ils embarquent à bord d’un minibus pour aller les soutenir. Ainsi débute l’histoire extraordinaire de deux communautés que tout oppose mais qui vont finalement s’unir pour défendre la même cause.

Ce que j’en pense : Avant toute chose, il convient de ne pas perdre de vue que l’histoire se passe en 1984/1985. Si l’homosexualité était dépénalisée depuis 1967 en Angleterre et au Pays de Galles, il n’en demeure pas moins que cette population restait fortement discriminée (majorité sexuelle différente entre hétéro et homo, …) et que le SIDA commençait à faire parler de lui…

Pour ma part, et malgré pas mal de bons films cette année, voilà bien longtemps que je n’avais pas pris autant de plaisir à voir (et revoir) un film au cinéma et à en ressortir enchanté. On ne voit pas passer les deux heures que dure cette comédie sociale à l’humour so british (j’ai accroché dès le début avec la réponse très humoristique de Mark au vieux voisin intolérant).

Tous les ingrédients sont réunis : un scénario impeccable, un casting de perfection, une bonne BO, quelques beaux paysages, du rire et de l’émotion. Ces deux derniers dominent d’ailleurs à égalité dans cette merveille cinématographique. On rit beaucoup (scène de la danse, cuite des femmes, le chambrage de Joe par ses nouveaux amis, …) et on est souvent ému (le chant dans la salle des fêtes, les retrouvailles avec la mère de Gethin, …) et parfois même les deux simultanément (scène de de danse, le discours dans le bar, …).

Avec tous ces élèments le film délivre un réel message positif avec la solidarité qui reste possible (même en temps de crise) alors qu’on a tendance à ne penser qu’au chacun pour soi. Le film donne aussi un message d’espoir pour le respect de la différence même si la chasse aux préjugés reste un long parcours.

Du côté de la BO : Avec une bande originale très eighties, la musique est très présente dans ce film : la scène de danse sur « shame, shame, shame », le chant repris en cœur, le concert, le défilé final avec « There is Power in a Union ».

Scène marquante du film : C’est assez compliqué à dire tellement le film en regorge : les deux scènes de poignées de mains, le discours dans le bar gay, le discours dans le village de mineurs, le baiser de Joe pendant le concert, …

Joe En plus de ça, je retiendrais les histoires personnelles (plus ou moins importantes) de chaque personnage des LGSM et plus particulièrement le personnage de Joe (interprété par George Mackay) timide et réservé qui va, à travers cette riche expérience, trouver en quelque sorte un sens à sa vie plutôt triste (avec une famille de cul bénis). On voit d’ailleurs très bien l’évolution du personnage entre le début et la fin du film.

Voilà pour ce film. Aux deux séances où je suis allé, la salle riait souvent (pas tous aux mêmes moments). Je vous conseille d’en faire autant et de vite aller vous installer confortablement dans votre cinéma devant cette merveille de l’année. Un film qui fait chaud au cœur. Un film à acheter très vite en DVD pour le revoir encore et encore !

 

One thought on “Pride

  1. Le film n’est pas dans le top 10 du box office. Logique pour un petit film britannique. C’est la réflexion que je me suis fait. S’il est plébiscité c’est par un certain public, amateur du cinéma d’outre-Manche ou parce que LGBT, peut-être les 2 à la fois. Et je me classe dans cette dernière catégorie. Un beau film avec un scénario et des interprètes parfaits. Si je ne lui accorderai pas 5 étoiles ou le titre de « chef d’oeuvre de l’année », j’inviterai qui hésite encore à le voir à faire le déplacement vers la salle de ciné la plus proche pour aller passer un agréable moment. Oui, comme toi, le DVD (à sa sortie) rejoindra ma déjà longue collection. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.